Pâques 2010 : la féria des Passionnés

Publié le par cleg

auberge.jpg          CLIQUER SUR L'AFFICHE POUR VOIR LES PHOTOS >>>>
DEDICACES.jpg


> Samedi 3 Avril 2010 à
14h30, dans la rue Réattu

15 auteurs
Grandes plumes de la littérature taurine
et nouveaux talents à découvrir.

Zocato pour ses nouvelles “Chroniques taurines“, Virginie Girard pour sa traduction des “Chroniques Taurines“ de Joaquin Vidal, Jacques Durand entouré d'un côté par Claude Viallat pour leur étude “Toros“ sur la tauromachie dans l'art populaire et de l'autre par le photographe Jean Louis Aubert pour la galerie de portraits Toreros, la vertu du samouraï“.
De photographies, il sera grandement question ô combien, puisque Lucien Clergue qui dédicacera le catalogue de son exposition Clergue dans l'arène“. Il sera entouré de François Bruschet (et toute l'équipe de son blog) avec les meilleurs chroniques de “Campos y ruedos 01“, et de Bernard Lesaing pour son magnifique reportage sur l'école taurine d'Arles “Noir e[s]t lumière“.
La littérature sera poétique comme les “Toreros toros plein la tête“ de Patrick Bricongne, classique avec le décryptage par Jean-Louis Marc des inédits d'un “Théophile Gautier, aficionado romantique“ ou narrative comme le “Taureau mécanique“ de Robert Blancou qui fait revivre l'école taurine du Mont Margarot.
Avec le prix Hemingway, les textes courts, fictions ou tendres portraits sont à l'honneur avec Antoine Martin, lauréat du prix Hemingway 2009 pour sa nouvelle “Le frère de Perez“, et deux des auteurs finalistes du concours NatYot et Yves Charnet.
logo auberge

> du 2 au 5 avril, de 10h à 22h, salle Jean
et Pons Dedieu (rue du 4 septembre)

Le nom est fort bien trouvé  pour cet espace transformé, le temps de la feria, en exposition à la fois collective, conviviale et autogérée.
7 artistes présentés dans ce qui fut jadis l'abattoir et la grande boucherie de la ville, investissant le lieu du sol au plafond.
Les photographies de Pierre Charrain, fortes et puissantes, crissantes comme le sable de l'arène, le bric et le broc de Jean-René Laval qui suit dans ses ferraillages de hasard les traces du toro qui l'habite, l'explosion colorées des peintures de Nicole Di Méo en symphonie d'ors et de lumières, la précision du trait de Anne Grès dont les dessins sont mille détails et une vie, les compositions de Denis Caddéo qui réunissent photos et céramiques dans une même matière, les bronzes de Isabelle de Torquat figeant dans la masse la légère et la nuance du geste.
Enfin, le regard tendrement objectif porté par le photographe et reporter Bernard Lesaing sur l'école taurine d'Arles.
rencontres
> Chaque soir, à la sortie des
arènes (20h), à l'Auberge Espagnole, au milieu des oeuvres,

salle Jean et Pons Dedieu (rue du 4 septembre)
vernissage, slam taurin, lectures, projections, focus,
rencontres entre les artistes et le public autour de la tauromachie...

Publié dans Culture(s) Taurine(s)

Commenter cet article