Nouveautés Livres : Mars 2009

Publié le par cleg

AREQUIPA et autres nouvelles du prix Hemingway
NOUVELLES : on découvrira le texte lauréat du concours 2008 sous la plume de Vincent Bourg “Zocato“ : “Arequipa, Pérou, le 12 novembre 1934“
Et aussi La grâce des taureaux (Dan O'Brien), Faire revenir la viande... (Séverine Gaspari), Sparring partners (Nadège Vidal), Les haies de cactus (Marc Delon), Vegas Arenas (Michel Jeltsch), Canicule (Jean-Paul Didierlaurent), Fin de course (Nicolas Ancion), Corrida transgénique (Louis Givelet), Topographie de l'enfer (d'Antoine Martin), Torero, pointure 36 (Gérald Grühn), Le train des Figuras (Ricardo Vazquez Prada), Mon oncle, le dimanche (François Garcia), Torero! Torero! Torero! (Aubert de Molay), Ernest des Cévennes (François Capelier), La maison des ombres (Georges Flipo) et La première sera la dernière ? (Céline Robinet).
Livre : 18,00 € (*)

BLEU CIEL et OR, CRAVATE NOIRE
de François Garcia, 352 pages, 2009.
Au début des années soixante-dix, François Garcia fait partie de cette poignée de jeunes Français qui, dans le Sud de la France, se lancent dans la grande aventure de la tauromachie. Leurs aînés font alors tout pour les en dissuader : « Pour toréer, il faut avoir du sang espagnol », répètent ces aficionados confirmés, responsables de clubs taurins à Nîmes, Dax, Arles ou Bordeaux…
Comme quelques autres, François Garcia, qui commence alors des études de médecine, refuse les conseils raisonnables. Il part sur les routes d’Espagne, à la recherche de vaches à toréer dans les élevages, participe à des courses de villages et connaît, la vie misérable des pensions du quartier des toreros à Madrid, les apoderados véreux, les compagnons en difficulté, les rêves trop grands.
Après Jour de marché, en 2006 (Liana Levi), sur des destins croisés dans la communauté espagnole de Bordeaux, François Garcia livre, avec Bleu ciel et or, cravate noire, le grand roman des débuts de la tauromachie française.
Livre : 18,00 € (*)

LA CORRIDA
de Pedro Cordoba, collection idées reçues, 2009.
La corrida est un rite sacrificiel - Le taureau est un symbole de virilité - La corrida est chargée d'érotisme - Si le taureau gagne, il est gracié - C'est un massacre, il faut laisser vivre les taureaux - La corrida, c'est pour les machos. Autant d'idées reçues que l'auteur commente pour démêler le vrai du faux...
Livre : 9,50 € (*)

LA CORRIDA DANS LA LITTÉRATURE
textes de Prosper Mérimée, Théophile Gautier, Alexandre Dumas, Byron, Victor Hugo, Victor Schoelcher, Emile Zola, Ernest Hemingway, Montherlant, Jean Cocteau, Georges Bataille, Michel Leiris, format  14,5 x 21, 256 pages, 2009.
ANTHOLOGIE : Art majeur, art mineur, art barbare, célébration de la vie et de la mort, jeu de cirque ridicule, sublime, désuet, génial, graphique, survivance barbare... chacun est libre de son interprétation et les écrivains sont des humains comme les autres. Au-delà de la fascination, nous assistons avec Gautier, Dumas et Mérimée à des corridas d'un autre temps, nous visitons avec Dumas une ganaderia, et avec Bataille, Cocteau ou Michel Leiris, nous naviguons dans la poésie, dans la couleur et la philosophie.
 Livre : 20,00 € (*)

CORRIDA
Pièce de Denis Baronnet, 2009.
THEATRE : Toréer, pour un torero, c'est une activité presque ordinaire. C'est son métier. C'est même son art, corrigeront certains amateurs. Certes, mais quand il n'y a pas d'arènes ou que l'on a du mal à les localiser, toréer devient compliqué. Et pointer à l'ANPE n'arrange pas la situation ! Alors le torero bulgare rêve, trace des plans sur la comète, se perd en conjectures, flanqué d'un complice alcoolique et surtout tueur d'abattoir, au chômage depuis peu. En attendant de repérer où se trouvent les arènes, nos compères devisent, tapant le bout de gras avec un marin, harponneur de son métier. Ses arènes à lui, c'est l'océan, rêve à voix haute le torero soudain admiratif, et la baleine est son taureau...
Ce texte va se jouer cette saison dans une mise en scène d'Antoine Bourseiller.
Livre : 8,50 € (*)

CORRIDA PASSION
Photographies de Christian Gabanon, texte de François-Xavier Gauroy, 2009
À travers 250 fabuleuses photos, cet ouvrage nous permet d'entrer dans toute l'intimité du combat. De Nîmes à Pampelune, de Bayonne à Séville, ce livre nous offre les plus grands moments d'émotions de la Corrida.
Ce magnifique ouvrage vient enrichir l'oeuvre de Christian Gabanon, photographe taurin nîmois reconnu. Les textes de François-Xavier Gauroy, romancier natif du sud-ouest, feront partager cette passion à tous les aficionados.
Livre : 30,00 € (*)

DES CLARINES PLEIN LA TETE
de Béatrice Brethes, à compte d'auteur, 2009, 48 pages.
Directrice de l'Ecole Taurine d'Hagetmau, Béatrice Brethes propose ici une sélection de poèmes et de photos personnelles, reflétant son univers artistique qui, au fil des pages nous fait voyager de l'Andalousie à la Camargue, de la peinture à la tauromachie, en passant par le chant, la danse et la musique. Et de la passion à chaque page.
Livre : 20,00 € (*)

DES HOMMES ET DES TOROS
132 pages, format 17 x 22 cm, 2009.

CONTES et RECITS : Le toro raconté par ceux qui le vivent de près, avec des histoires fictives ou non, mais toujours romancées. Exercice inédit pour la plupart des auteurs de l'ouvrage, entre autres des matadors de toros.
Par ordre d’ancienneté, à l’affiche : l’inoubliable Victor Mendes, le charismatique Richard Milian et le torero arlésien José Manrubia. Un seigneur du campo portugais : le ganadero Joaquim Murteira Grave.
À la tribune, d’abord honneur aux dames avec la journaliste et dramaturge Ana Fernández Graciani, issue d’une famille de ganaderos ; l’éditorialiste et écrivain aragonais Ricardo Vázquez-Prada ; le directeur de la publication 6Toros6 et auteur de livres de référence en la matière, José Carlos Arévalo ; l’incomparable Jacques Durand, chroni-queur au quotidien “Libération” et écrivain ; et la voix du Mexique avec le journaliste de presse et de radio Juan Antonio de Labra.         
Livre : 20,00 € (*)

DEUX BANDERILLES NOIRES
de Thierry Lefevre, format poche,
JEUNES LECTEURS : Une enquête policière dans le milieu de la tauromachie. Léa et Benjamin sont venus chez leur amie Camille à Arles, pour participer à la feria de Pâques. Malgré l’ambiance festive menée par les bodegas et les corridas et la présence de ses deux amis venus de Paris, Camille semble préoccupée par autre chose et refuse de s’expliquer. Léa et Benjamin comprennent que leur camarade a de sérieux problèmes. Ils découvrent dans sa chambre une lettre énigmatique… à partir de 9 ans.
Livre : 11,95 € (*)

DIETARIO 2009
d'Antonio Picamils Ruiz, 400 pages, couverture cuir, 2009.
L'indispensable outil de l'aficionado : agenda, répertoire et guide de la temporada 2009 avec les ganaderias, les toreros, le calendrier, l'escalafon des matadores, des rejoneadores et des novilleros , les dates d'alternative et de confirmation d'alternative, les plazas et empresas, les contacts des banderilleros, picadors, toreros, le mundillo, pour 18 pays concernés.
Livre : 30,00 € (*)

L’ÉQUERRE, le COMPAS et les TOROS : Tauromachie et franc-maçonnerie
de Lionel Pierobon, 15x21 cm, 120 pages, 2009.

À ce jour, seuls des travaux maçonniques disponibles sur le web ou parus dans des revues internes aux obédiences maçonniques abordent ces deux sujets, que ce soit sur le rite, le sacré, le symbolisme dans leurs aspects les plus simples.
Dans ce livre, l’auteur, apporte un regard original et inédit sur ces deux mondes, que rien ne semble rapprocher.
Ouvrage en 2 parties : la 1ère historique, depuis l’Antiquité où la franc-maçonnerie et la tauromachie puisent leurs origines, retrace les principales évolutions de ces 2 mondes. Historique aussi, le portrait de Luis Mazzantini, matador de toros de 1884 à 1905, homme politique et franc-maçon. La 2nde partie juxtapose franc-maçonnerie et tauroma-chie explorant ce qui pourraient intéresser les francs-maçons dans la tauromachie et inversement.
Né à Béziers en 1967, Lionel Pierobon y a découvert la tauromachie, fréquentant les arènes l’été et apprenant à manier capes et muletas l’hiver. Il vit désormais à Nantes où il a fondé un Club taurin. Membre de l’UBTF (Union des Bibliophiles Taurins) avec qui il a publié en 1998 “Nantes et les courses de taureaux“, il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la franc-maçonnerie.
Livre : 18,00 € (*)

L'ÉQUIPÉE DE TOREROS
de N'Do Cisse, 2009, 106 pages.
ROMAN : À cause d'un banal conflit d'héritage, les frères Coulibaly sont amenés à tuer tous les boeufs de leur parc. Mal leur en a pris puisque les ancêtres saisissent cette occasion pour réclamer leur part. Dokala, le benjamin de la famille, doit déposer une des queues de vache sur le tombeau du grand-père mort quelque part en France au cours de la Première Guerre mondiale.
À l'issue de diverses péripéties, le puiné arrive en Espagne où la passion de l'élevage bovin le conduit à lier amitié avec un vieux torero. À deux, ils iront en France, à deux ils mourront, après avoir trouvé des informations sur la vie du grand-père des Coulibaly.
Ce deuxième roman de N'do Cissé traite ici de la migration dans une perspective plus culturelle qu'économique. Ce qui en soit est inhabituel, tout autant que la vision du monde taurin par l'écrivain malien.
Livre : 11,00 € (*)

GUIDE HUBERT de l'AFICIONADO de Christophe Andrieu, 2009.
Edition 2009 : une foule d'informations pratiques et de repères utiles à tout aficionado. Le calendrier synoptique de la Temporada française - Les grandes Ferias - Les grandes plazas espagnoles - Les arènes françaises par départements - Tout sur la corrida : 34 pages en images qui expliquent chaque tercio, rappel des règlements, mots clés espagnols,... - Plus de 120 fiches sur les matadors, novilleros, rejoneadors - Les fiches des ganaderias, avec la carte d'Espagne, la carte du Campo Charro - et un focus sur les autres traditions tauromachiques...
Livre : 10,00 € (*)

JOSE TOMAS, Madrid, Barcelone 2008
de Jacques Durand, photographies de Eric Cantona, Bruno Douan, André Hampartzoumian, Luis Sevillano, Franck Vriens, 10 x 19 cm. 2009.
En 2008 José Tomás n’a pas réalisé une saison. Non. Il a fait des apparitions. Málaga, Cuenca, le Puerto de Santa-Maria, Almería, Salamanque, Murcie, etc. Les fidèles de son évangile diront qu’il s’agissait d’épiphanies.
Des épiphanies entre les coups de corne. José Tomás a pour habitude de sortir par les deux portes qui sanctifient les toreros. Celle, la grande, des triomphes sonores, celle, petite mais aussi grande, des chuchotis de l’infirmerie. Le royaume de José Tomás s’est donc bâti cette année entre le hosanna et les cathéters, les olés et le chant des sirènes d’ambulance. La clameur a été sa musique, le no hay billetes son communiqué de guerre.
Les 5 et 15 juin à Madrid, le 21 septembre à Barcelone sa muleta a martelé sa propre légende. Ceux qui y étaient continuent à s’en frotter les yeux. Ceux qui n’y étaient pas continuent à s’en mordre les lèvres. Les deux n’oublieront pas de sitôt qu’ils y étaient ou qu’ils n’y étaient pas.
"...Dans sa saison 2008, Jose Tomas a consumé le coeur de milliers d'aficionados et calciné plusieurs plazas de toros dont Barcelone, deux fois et Madrid, deux fois également. Si on se reporte à l'incandescence photographique de Luis Sevillano (page 56 du livre), on pourra vérifier que, dans ce feu, il s'est volontiers jeté lui-même. Cet ouvrage n'a d'autre but que celui-ci : conserver les traces de ces incendies, garder en mémoire les souvenirs de cette brûlure." - Jacques Durand.
Livre : 19,00 € (*)

MAÇATL : Transformations mexicaines des jeux taurins
de Frédéric Saumade, 398 pages, 2008
Pourquoi les Américains jouent ils à monter des taureaux furieux dans les rodéos ? Pourquoi cette technique spectaculaire, initiée et expérimentée par les vachers mexicains, est elle devenue embléma-tique du cowboy et de l'impérialisme étasunien ? Que doit ce dernier à son voisin du sud, qu'il maintient par ailleurs dans une relation de dépendance économique et politique ? Et quelles sont les influences respectives de l'indigène et de l'homme blanc dans cette étonnante subversion de la tauromachie espagnole et de ses codes ? La monte ludique du taureau, qui confond en un même mouvement le cheval et le boeuf, L'équitation et la corrida, et plus généralement les catégories de la raison hispanique, est le résultat de ce tour de force de la " culture des faibles " dont les effets se sont prolongés à travers tout le continent américain, en particulier dans le très médiatique spectacle de rodéo.
Au delà du caractère exotique de l'étude de cas, Maçatl offre une réflexion générale sur les ressorts de l'impérialisme et de la diffusion des savoirs, où sont mises en valeur les capacités dynamiques des sociétés qui reçoivent l'innovation et la transforment à leur image.
Frédéric Saumade est professeur d'anthropologie sociale à l'Université de Provence et membre de l'institut d'ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC) d'Aix en Provence. Spécialiste reconnu des cultures tauromachiques européennes, il mène depuis plusieurs années des recherches sur les cultures Indigènes du bovin au Mexique.
Livre : 29,00 € (*)

SEVILLANES
de Jean Cau, ré-édition 2009.
Ce livre est une déclaration d’amour-passion pour une reine, Séville, et une invitation à rêver en son royaume, l’Andalousie.
Dans la plus haute lignée des écrivains français amoureux de l’Espagne – Mérimée, Gautier, Montherlant…– Jean Cau, au rythme de ses Sévillanes, voit et chante, offre et dévoile, sa Séville, son Andalousie, son Espagne, comme on le ferait d’une amante à l’égard de laquelle on éprouve une passion jalouse. Peintre, il peint la célèbre. Semaine Sainte sévillane avec un bonheur inégalé. Aficionado, il initie le lecteur au monde d’ombres et de lumières de la tauromachie à travers la plus fameuse des Ferias.
Mais , et là est le sortilège du livre, Jean Cau, à propos de Séville en pleurs et en fêtes, fait l’école buissonnière pour raconter des « histoires », tracer des portraits, graver des caprices goyesques, donner vie à Dom Juan ou à ses émules toreros, évoquer le flamenco, inviter enfin à comprendre ce tragique que l’Espagne mêle toujours à son génie picaresque.
Aussi bien Sévillanes, le plus beau chant qu’ait inspiré une terre étrangère, à l’amour sorcier (et sourcier) d’un écrivain français, est-il l’aveu secret d’un exil lorsqu’on a connu, là-bas, des paradis.
Paru en 1987, Sévillanes est devenu un livre culte, que les Aficionados et les amoureux de Séville, recherchent avec passion quand ils n’ont pas la chance de le posséder. Toujours livre culte en Espagne, il est en effet introuvable en France depuis 15 ans.
Jean Cau (1925-1993), écrivain, couronné par le prix Goncourt pour La Pitié de Dieu en 1961, a aussi été un immense journaliste de L’Express à Paris-Match, et , sans doute, le plus grand polémiste français de la fin du Xxème siècle. Plus encore que ses romans, ses essais et ses pamphlets percutants et politiquement incorrects ont fait vibrer toute notre société à partir des années 70. Ma misogynie, Les Ecuries de l’Occident, Un testament de Staline, entre autres, ont permis à l’ancien secrétaire de Sartre de se servir de sa plume comme d’une épée façonnée dans le talent.
Livre : 19,95 € (*)
TAUROMACHIE
Oeuvres de Antonio Saura, textes de Marcel Cohen, photographies de Jean Besós, 23 x 25 m, 2008.
L'art d'affronter le taureau dans l'art informel d'Antonio Saura. Le thème de la tauromachie occupe une place significative dans son oeuvre peinte et écrite. En 1989, il mène à terme une importante suite de peintures acryliques et d'encres de Chine sur des photographies de Jean Bescós, reprenant le genre de la superposition qu'il avait inauguré en 1957. La quasi-totalité de ces peintures est reproduite dans le présent ouvrage. Marcel Cohen est l'auteur de trente-quatre textes qui accompagnent les trente-quatre peintures de Saura et les quarante-six photographies de Jean Bescós qui a beaucoup photographié Saura.
Livre : 45,00 € (*)

TEMPORADA 2008 UCTL
de l'Union de Criadores de Toros de Lidia, 2009
L'édition 2009 du répertoire de toutes les ganaderias adhérentes de l'Union de Criadores de Toros de Lidia (UCTL) par région avec devise, ancienneté, origine, particularités, toros notables, mayoral et propriétaire ...

Livre : 17.00 € (*)
TERRES TAURINES 21 : le théâtre d'ombres
par André Viard et son équipe, 2009.
Ce numero est consacré à l’Equateur. A découvrir également une interview exclusive de Sébastien Castella à Quito.
« Qui sommes-nous vraiment ? Ce que nous faisons, ou ce que nous voudrions être ? D’humbles marionnettes ballottées par le temps ou l’expression inaboutie d’une volonté plus lumineuse ? À l’Équateur du toreo et de sa carrière, Sébastien Castella laisse parler ses sentiments.»
revue : 13,00 € (*)
LES TERTULIAS de EL TIO PEPE
Texte de Jean-Pierre Darracq «El tio Pepe», dessins de Jacques Bacarisse, format 160 X 240, 280 pages, 2009.

Célèbre chroniqueur et critique taurin, Jean-Pierre DARRACQ “El Tio Pepe” nous a quitté en 1992 laissant derrière lui une somme de témoignages écrits faisant autorité dans le monde de la tauromachie? Toutefois, une dizaine de conférences présentées à l’Aficion française entre 1966 et1991 n’avaient jamais été publiées.
Ces “tertulias” proposent des sujets variés, puisés dans les origines de la Fiesta Brava, qui sont traités sous des angles parfois surprenants. Ces causeries (comme il préférait les nommer) abordent de nombreux aspects de la corrida, celle d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
Œuvre d’un pédagogue, universitaire hispanisant, d’un revistero fin analyste de la lidia, observateur impartial de son époque, ces dix tertulias rédigées sont l’occasion de découvrir ou de revisiter la planète des toros en appréciant les talents de conteur d’un homme passionné et toujours émerveillé.
Jean-Pierre DARRACQ (né à Bordeaux en 1911, décédé en 1992 ) fut toute sa vie enseignant, achevant sa carrière à l’Institut français de Madrid puis à l’Alliance Française aux Balèares. Critique taurin de renom (il collaborera à nombre de revues spécialisées), c’est dans la revue Toros, dans laquelle il écrivit pendant 40 ans, qu’il donna toute la mesure de son talent. Il publia notamment en 1979 un “Miura“ qui fut couronné par l'Académie française, ouvrage à ce jour épuisé.               
Livre : 25,00 € (*)

TU SERAS TORO MON FILS
texte de Alain Riemann, format 12x17 cm, 80 pages de texte, 10 pages d’illustrations de Maud Riemann 
“Quand les yeux se sont gorgés d’images et que les arènes se sont tues, il reste encore des mots pour toréer, toréer encore et encore les toros d’encriers.“
Livre de petits poèmes en forme d’hommages aux toreros, (El Juli, César Rincon, Sébastien Castella), aux toros, et à tout cet univers de la tauromachie. “ Jamais recueil n’a autant ressemblé à une muleta“ - Vincent Bourg, “Zocato“ -        
Livre : 15,00 € (*)

UNE SAISON SANS TAUREAUX
de Nadège Vidal, format 157 X 210, 80 pages, collection filigranas, 2009
Une saison sans taureaux est un récit qui mêle tendresse et ironie sur les liens qui unissent les hommes et les bêtes...
C'est aussi, dans un registre intime et poétique, un regard amoureux posé sur la tauromachie. Le goût de la liberté est au coeur de cette originale défense de la corrida, autant sur le fond que sur la forme.
Récit où l'expression poétique ourle d'un relief singulier et original les rapports entre hommes et bêtes, par petites touches, l'auteur donne des coups de pattes aux idées reçues et bien-pensantes sur la prétendue sauvagerie de la corrida. Et quelques coups de griffes envers ceux qui prétendent adorer les animaux domestiques...
Née à Calais. Après des études de lettres et de philosophie à Lille, Nadine Vidal a travaillé dans la presse écrite et la communication institutionnelle. Elle a notamment publié “Petits désordres autour des taureaux“ et plusieurs de ses nouvelles ont été finalistes du prix Hemingway.      
Livre : 18,00 € (*)

LIBRAIRIE CAMARGUE

LES BLATIERE,des hommes et des taureaux
de Robert Faure, format 215 x 215, 224 pages, 2009
Vergèze 1921. Alfred Blatière, agriculteur et négociant décide de devenir manadier. Il achète deux vaches et six taureaux, et entreprend avec ses fils, le patient travail de sélection qui mènera au triomphe du célèbre Gandar, aujourd'hui statufié à Vauvert.
C'est le temps des plans de charrettes et de la garde à bâton planté, celui où il acquiert ses terres aux Iscles. Puis vient la guerre, la mobilisation des fils et les restrictions de courses. La paix revient avec des "Royales" triomphales et l'hommage du public au manadier. Les générations se succèdent, les pratiques changent, mais la fe di Bioù demeure : Mourven est sacré Biou d'Or 1995.
Photos, témoignages, compte-rendu de courses, l'auteur fait revivre le quotidien des hommes : manadiers, gardians, épouses, enfants... et le destin des bêtes ponctués d'anecdotes et d'accidents, de coups du sort et de moments d'émotion.
Robert Faure, natif de Lunel, est attiré depuis l'enfance par les traditions de la Bouvine. Peintre et photographe, il se passionne pour l'histoire de ce pays à travers la vie de ceux qui l'on marquée.
 Livre : 25,00 € (*)
En Camargue avec FANFONNE GUILLIERME
de Robert Faure, format 215 x 215 mm, 152 pages.
RE-EDITION : Portrait d'un éleveur et de sa manade de légende. Fanfonne Guillierme (1895-1989), haute figure de la bouvine et grande dame de Camargue. L'ayant côtoyée longtemps, recueillant ses confidences et ses souvenirs, Robert Faure a su restituer l'inoubliable personnalité de celle qui incarna la conscience du midi et des traditions camarguaises.
Livre : 20,00 € (*)

Publié dans la Boutique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article