Les soirées à l'Auberge

Publié le par cleg

au jour le jour :

vendredi 10 avril, 20h     vendredi 10 avril, 21h     samedi 11 avril, 20h     dimanche 12 avril, 20h


~ vendredi 10 avril, 20h ~

 

Vernissage, dégustation

 

de la gamme des vins pétillants de l'Isle Saint-Pierre offerte par le vigneron.

 


retour haut page

~ vendredi 10 avril, 21h ~

Des hommes, des toros, des récits...

LECTURE

de et par Richard Milian, José Manrubia et Antonio Arevalo, suivie d'une dédicace

Quelques-uns des textes regroupés dans l'ouvrage “Des hommes et des toros“, tout récemment paru aux éditions Culture Suds, entre conte, fantaisie et anecdote, comme une veillée, chacun des trois auteurs lira le récit d'un autre.

CONTES et RECITS : Le toro raconté par ceux qui le vivent de près, avec deshistoires fictives ou non, mais toujours romancées. Exercice inédit pour la plupart des auteurs de cet ouvrage, entre autres des matadors de toros.
Par ordre d’ancienneté, à l’affiche : l’inoubliable Victor Mendes, le charismatique Richard Milian et le torero arlésien José Manrubia.
Un seigneur du campo portugais : le ganadero Joaquim Murteira Grave.
À la tribune, d’abord honneur aux dames avec la journaliste et dramaturge Ana Fernández Graciani, issue d’une famille de ganaderos ; l’éditorialiste et écrivain aragonais Ricardo Vázquez-Prada ; le directeur de la publication 6Toros6 et auteur de livres de référence en la matière, José Carlos Arévalo ; l’incomparable Jacques Durand, chroniqueur au quotidien “Libération” et écrivain ; et la voix du Mexique avec le journaliste de presse et de radio Juan Antonio de Labra.

retour haut page

~ samedi 11 avril, 20h ~

Sortie d'arènes, entrée dans l'art vidéo

PROJECTION

des films de création vidéo 

de Marie Herbreteau, Alain Bourges, 

Marc Mercier et Mariana Vassileva.

Venus de France, d'Allemagne et de Bulgarie, projection de 4 courts-métrages de création audio-visuelle, 4 visions de la corrida décalées, esthétiques, humoristiques ou poétiques véhiculées via un mode d'expression artistique contemporain et volontiers avant-gardiste. En présence des réalisateurs.

(en partenariat avec le festival des Instants Vidéo de Marseille)

lire le commentaire de Marc Mercier

~ dimanche 12 avril, 20h ~

Impros y Toros (Céret #01)

MUSIQUE et PHOTO

Michel Volle, photographies et Luc Bouquet, batterie

Une rencontre inédite en deux sets où l'un improvisera sur l'oeuvre de l'autre, puis inversement entrecroisera leurs visions et leurs sensibilités autour des toros de Céret. Aussi éphémère qu'une série de passes légère et lumineuse, il sera question de duende et de temple, de mouvement et d'immobilité, de douceur et de violence, des regards et des silences qui rythment la sincérité et la profondeur des échanges entre amis, entre artistes, entre toros et toreros.

« J’ai assisté à ma première corrida en 1977. La même année, je me produisais pour la première fois en concert. De rocker, je suis devenu jazzman puis musicien-improvisateur. Depuis longtemps je désirais entrecroiser musique et tauromachie. En vain. Quelque chose manquait qui faisait avorter le projet.
Il y a deux ans, lors d’une exposition des photographies de Michel Volle à Céret, j’ai été frappé par osn regard singulier. Un peu plus tard, j’ai découvert que Michel était aussi passionné de jazz et d’improvisation musicale. Le lien s’était trouvé. Il ne nous restait plus qu’à nous mettre au travail. Aujourd’hui, l’aventure peut commencer… »
Regard et mouvement. Violence et abandon. Duende et transe.
Tauromachie et musique possèdent beaucoup de points communs : la beauté de l’éphémère, le surgissement du duende. Certes, le musicien ne joue pas sa vie comme le fait le torero chaque jour mais il fait de sa vie un enjeu, un territoire instable où tout peut advenir ou se défaire. Comme les plus grands toreros, certains musiciens –les plus grands faut-il le préciser ?- ont été sifflés par le public. A Paris, on fit la bronca à John Coltrane, Jimmy Giuffre, Albert Ayler, Jimi Hendrix. Ce parallèle m’a longtemps questionné. Aujourd’hui, on ne siffle plus les musiciens mais toujours les toreros. Comprenne qui pourra.
Les photographies de Michel Volle ne fixent pas l’instant mais nous disent tout de son avant, de son après. Elles activent notre imaginaire, disent le mouvement, scrutent l’éphémère. Maintenant, photographe et improvisateur peuvent vagabonder et s’aventurer vers des mondes inconnus, incertains. Comme le torero s’abandonnant en arte profond et infini.
Luc Bouquet est batteur-percussionniste, compositeur, improvisateur. Après des études de solfège et d’harmonie, il forme de nombreux groupes de rock (Cyanur, Garçons Faciles) avant de s’intéresser au jazz et de co-fonder avec le pianiste Stéphane Feraud le groupe Pli Urgent.
Pendant douze ans, il va rester associé à la saxophoniste Véronique Magdelenat au sein du duo Boumag. Collaborant depuis cinq ans avec le guitariste Raymond Boni, il privilégie les rencontres improvisées et se produit en concert aux côtés de Bernard Santacruz, Christine Wodrascka, André Jaume, Frank Lowe, Daunik Lazro, Jean-Luc Cappozzo, Sylvain Guérineau, Makoto Sato, Saadet Türkoz, Lionel Garcin, Alex Grillo, Lucia Recio, Bruno Tortolini, Jean-Marc Foussat, Ramon Lopez…
Discographie :
- Pli Urgent / Lune Douze (EMA)
- Boumag / A3 (AjmiSéries)
- Raymond Boni – Luc Bouquet / The Listener Writer (Improjazz)
- Luc Bouquet – Sylvain Guérineau – Jean Marc Foussat / Olympic Café (BT Tapes)
A paraître prochainement :
- Au milieu (textes de Martine Vial, improvisations de Sylvain Guérineau, Bernard Santacruz, 
  Luc Bouquet)
- Chagrin passionnel heureusement résorbé grâce à une existence saine en milieu rural (solo)

Publié dans Expositions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Agnès 06/05/2009 11:34

Il faut absolument lire ce texte de Catherine Le Guellaut sur la même inspiration que le film de Mariana Vassileva
http://catherine-le-guellaut.over-blog.com